Retour sur le séminaire de travail autour de la Cartographie de Controverses (La Novela, 10 et 11 octobre 2013)

 

Image 12

 

La Novela, festival de la connaissance et des savoirs,  a réinstallé ses quartiers d’automne au coeur de la métropole toulousaine. Bruno Latour et le festival ont  souhaité prolonger l’axe de réflexion débuté en 2012 à propos de la Cartographie de Controverses, par le biais d’un séminaire de travail. Introduit par Bruno Latour, Dominique Boullier (SciencesPo) et Liam Heaphy (SciencesPo), il regroupait plus d’une vingtaine d’invités membres du consortium FORCCAST, du consortium Demoscience ou d’établissements extérieurs intéressés par l’approche de la cartographie de controverses.

Image 13

 

Anders Blok (Université de Copenhague) a d’abord présenté ses expériences d’enseignement de la Cartographie de Controverses, dans lesquelles les étudiants doivent parvenir à se positionner dans le débat – en particulier sur des questions de société liées aux sciences et techniques. Il ne s’agit plus seulement de représenter les différentes positions à l’intérieur du débat mais bien d’en incarner une, et de la défendre. Anders Blok entend étudier la naissance d’un processus quasi démocratique au sein même de la classe.

La seconde présentation, animée par Tommaso Venturini et Mathieu Jacomy (Médialab, Sciences Po), soulevait la question de l’ANT (Actor Network Analysis) au sein de l’enseignement de la Cartographie des Controverses, théorie tiraillée entre  la notion d’acteurs réseaux (Actor Network)  et la pratique de l’analyse des réseaux (Network Analysis). Aujourd’huices termes ne semblent conciliables que parce qu’ils partagent l’homonymie du terme « réseau ». Il fallait alors définir précisément les affinités et les différences entre ces deux notions, puis présenter des suggestions visant à l’intégration de l’ANT comme outil de manipulation graphique.

Diego Landivar (CERDI – Centre Européen de Recherche dans le Développement International), a ensuite fait part de ses conclusions tirées de l’application des méthodes et de la philosophie de la Cartographie de Controverses à des acteurs ou des problématiques du développement. Le secteur du développement connaît des changements conséquents liés à la modification et à l’intégration mondiale des systèmes d’informations. Ces bouleversements  impliquent une redéfinition des stratégies et des programmes – et en conséquence du concept complexe de « résistance ontologique ». Il s’agissait donc de suggérer de nouvelles perspectives afin d’augmenter la pertinence des méthodes de Cartographie de Controverses dans la résolution de problèmes internationaux à large échelle.

La quatrième et dernière intervention (Urbain trop Urbain), avec Mathieu Duperrex, François Dutrait (enquêteurs) et Gwen Catala (développeur) présentait une création numérique où figurait en bonne place une controverse sur les ondes électromagnétiques. L’approche cartographique de cette controverse repose ici sur trois régimes : un récit qui construit le théâtre de la controverse, l’embarquement de l’enquêteur dans la controverse, et l’équilibre de trois ressorts (l’histoire racontée, la modélisation graphique et la référence culturelle).

Le séminaire a été clôturé par une présentation de Cyril Delhay (SciencesPo) et Nicolas Benvegnu (SciencesPo) à propos de l’axe III de FORCCAST : Débattre. Dans le cadre des expériences menées par FORCCAST sur le débat en tant qu’outil d’expression des controverses, une simulation de négociation internationale  autour du nucléaire en Iran a été mis en place en 2012/2013.  Cet enseignement impliquait un travail  collectif autour d’un sujet qui divise, et la formulation d’arguments aussi bien techniques – enrichissement de l’uranium, puissance nucléaire – que diplomatiques et scientifiques. Les objectifs pédagogiques étaient élevés : prise de parole en public, esprit d’analyse, connaissance approfondie des enjeux et capacités rhétoriques…

L’équipe FORCCAST a pu tirer profit de ce séminaire, en ouvrant de nouvelles pistes de réflexion et de nouvelles perspectives internationales dans l’enseignement, l’apprentissage et la mise en application de la Cartographie des Controverses au sein du Consortium.

Retrouvez le programme complet de La Novela ici, ainsi que le résumé en anglais des présentations ici

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *