Nuclear diplomacy simulation: Negotiating with Iran, round 2

Cette année, 31 étudiants de Master à la Paris School of International Affairs (PSIA) de Sciences Po ont pris part à la deuxième édition des ateliers de simulation organisés par la PSIA et FORCCAST. Au total, quatre journées d’atelier ont permis de mettre en pratique les 66 heures de cours qui composent le module d’enseignement « Negotiating with Iran » , dispensé au deuxième semestre.

 

psia iran 1

 

Cette nouvelle édition comporte une dizaine d’heures d’enseignement supplémentaires, ainsi qu’une place accrue des cours d’art oratoire et de rhétorique. Le groupe est composé d’étudiants venus de quatorze pays différents – parmi lesquels l’Iran, le Canada, la Russie ou encore Singapour. Ensemble, ils apprennent à maîtriser les règles et exigences de la parole publique pour débattre sur la question du nucléaire iranien.

Dès la première séance, les participants sont plongés au cœur d’une simulation de débats à partir d’un site de controverses conçu par l’équipe de Manchester. Grâce à cet exercice, les étudiants se mettent directement en position d’argumentation, et les enseignants les observent afin de fixer des marges de progression individuelles.

Les étudiants sont encadrés par une équipe pédagogique diversifiée, capable de couvrir l’ensemble des aspects d’une prise de décision collective. Alexis Morel, expert en relations diplomatiques, est en charge du contenu des négociations. Cyril Delhay et Hervé Biju-Duval, experts en prise de parole, encadrent la dimension rhétorique. Adrien Fauve, ingénieur pédagogique FORCCAST, coordonne la mise en place de la simulation. Enfin, des professionnels et artistes de haut niveau encadrent le travail sur la voix, la respiration et le placement du corps.

psia iran 3

Au cours des autres séances, les étudiants suivent des ateliers et des cours autour de la diplomatie et de la question du nucléaire. Ils doivent travailler en équipe à la rédaction d’un article à propos de leur stratégie de négociation. Les cours sont aussi l’occasion de préparer les étudiants à la bonne utilisation de leurs connaissances nouvelles en matière de prise de parole et d’art oratoire.

 

Cette année, l’exercice de simulation a duré une journée entière. Pour favoriser une meilleure implication et motivation individuelles des étudiants, le groupe a été divisé en deux. Les étudiants ont négocié ensemble, sous l’oeil attentif de leurs formateurs qui ajustent ainsi le bilan individuel proposé en fin de parcours. Les étudiants doivent faire preuve de réactivité face aux bouleversements inédits provoqués par l’équipe enseignante. Ils apprennent à adopter une attitude à la fois d’écoute et de maîtrise face à l’incertitude. Pour conclure l’expérience, chaque participant a dû rédiger un journal de bord afin de développer une position réflexive et critique.

Compte tenu de la nature originale de l’enseignement, une importante réflexion sur l’évaluation finale a été engagée, en particulier sur l’accompagnement personnalisé des étudiants ainsi que sur les nouvelles façons d’apprécier leurs progrès, en dehors des canons académiques traditionnels.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *