Futur en Seine 2016 : focus sur le Prix international de Cartographie des controverses

L’édition 2016 du Prix international de Cartographie des controverses s’est tenue à Sciences Po le lundi 13 juin, dans le cadre du festival Futur en Seine. Cette manifestation a permis de rassembler des travaux remarquables réalisés dans le cadre des cours d’analyse de controverse proposés par le programme Forccast.

Pour la sixième année consécutive, des groupes d’étudiants qui ont suivi un enseignement d’analyse des controverses ont été célébrés à l’occasion d’un événement au cours duquel ils ont pu présenter leurs travaux : le Prix international de Cartographie des controverses. Pour la première fois, cette cérémonie a été organisée à Sciences Po. Elle s’est tenue dans le cadre du Festival Futur en Seine, l’un des plus grands rendez-vous européens en matière d’innovation et de création numérique, organisé à Paris et en Île-de-France, du 9 au 19 juin 2016.

Quatre groupes ont été sélectionnés. Ils ont abordé une diversité de sujets  :

  • La durabilité des villes ; Lycée Germaine Tillion, Le Bourget
  • L’enseignement de l’agriculture biologique dans les lycées agricoles ; Université de Neuchâtel, Suisse
  • L’économie du partage ; Politecnico di Milano, Italie
  • Les frères ennemis de l’info ; École de la communication, Sciences Po.

Ces groupes d’élèves ont présenté les résultats de leurs enquêtes devant un jury composé de Bruno Latour, professeur à Sciences Po, Nathaniel Herzberg, journaliste science et culture à la rédaction du Monde, Vincent Audebert, inspecteur pédagogique régional de sciences de la vie et de la terre à l’Académie de Créteil, Sophie Pène, professeur à l’Université Paris Descartes et membre du Centre de recherche interdisciplinaire (CRI), Benoît Thieulin, directeur de l’École de la communication de Sciences Po et Hubert Javaux, directeur du Service d’accompagnement pédagogique SAPIENS à l’Université Sorbonne Paris Cité.

Dans son discours d’ouverture, Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po, s’est réjoui d’accueillir cette nouvelle édition du prix international de cartographie des controverses dans son établissement. Il a rappelé que Sciences Po était une place forte de l’analyse des controverses scientifiques, grâce aux efforts combinés du Médialab et du programme pédagogique Forccast.

Dans son discours d’ouverture, Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po, s’est réjoui d’accueillir cette nouvelle édition du Prix international de Cartographie des controverses dans son établissement. Il a rappelé que Sciences Po était une place forte de l’analyse des controverses scientifiques, grâce aux efforts combinés du médialab et du programme Forccast.

La première étude de controverse portait sur la durabilité des villes. Il s’agissait d’un moment particulièrement important puisque c’était la première fois qu’un groupe venu d’un lycée participait au Prix de cartographie des controverses ! Les deux élèves de première du lycée Germaine Tillion au Bourget ont mis en scène d’un débat télévisé en jouant une multitude de rôles, de l’élu local aux urbanistes.

La première étude de controverse portait sur la durabilité des villes. Il s’agissait d’un moment particulièrement important puisque c’était la première fois qu’un groupe venu d’un lycée participait au Prix de cartographie des controverses ! Les deux élèves de première du lycée Germaine Tillion au Bourget ont mis en scène d’un débat télévisé en jouant une multitude de rôles, de l’élu local aux urbanistes.

Les étudiantes de l’Université de Neuchâtel, en Suisse, ont partagé avec le public les principaux enseignements de leur étude sur l’enseignement de l’agriculture biologique dans les lycées agricoles. Elles ont réalisé de nombreux entretiens avec les acteurs impliqués : agriculteurs formateurs en lycées agricoles, étudiants du cursus “bio” et du cursus “classique”, représentants d’organismes agricoles etc.

Les étudiantes de l’Université de Neuchâtel, en Suisse, ont partagé avec le public les principaux enseignements de leur étude sur l’enseignement de l’agriculture biologique dans les lycées agricoles. Elles ont réalisé de nombreux entretiens avec les acteurs impliqués : agriculteurs formateurs en lycées agricoles, étudiants du cursus “bio” et du cursus “classique”, représentants d’organismes agricoles etc.

Deux étudiants en design de Politecnico di Milano présentent ensuite leur travail sur l’économie collaborative. Ils insistent particulièrement sur les enjeux soulevés à travers le monde par des acteurs tels que Uber et Airbnb.

Deux étudiants en design de Politecnico di Milano présentent ensuite leur travail sur l’économie collaborative. Ils insistent particulièrement sur les enjeux soulevés à travers le monde par des acteurs tels que Uber et Airbnb.

Quatre étudiantes de l'École de la communication de SciencesPo sont enfin revenues sur leur étude de controverse intitulée “Les frères ennemis de l’info : Google, Facebook et la presse”. Elles ont souligné l’émergence de nouveaux acteurs dans la chaîne de production et de diffusion de l’information, tout en mettant en évidence les conflits et les dépendances entre acteurs.

Quatre étudiantes de l’École de la communication de SciencesPo sont enfin revenues sur leur étude de controverse intitulée “Les frères ennemis de l’info : Google, Facebook et la presse”. Elles ont souligné l’émergence de nouveaux acteurs dans la chaîne de production et de diffusion de l’information, tout en mettant en évidence les conflits et les dépendances entre acteurs.

Après la dernière présentation, les travaux des étudiants ont été abordés au fil d’une discussion avec membres du jury. Tour à tour, les grands témoins ont mis en évidence l’originalité de l’exploration des controverses et en soulignent les nombreux apports pédagogiques en prenant en exemple les travaux des étudiants. De gauche à droite : Nathaniel Herzberg, Bruno Latour, Hubert Javaux, Sophie Pène, Benoît Thieulin.

Après la dernière présentation, les travaux des étudiants ont été abordés au fil d’une discussion avec membres du jury. Tour à tour, les grands témoins ont mis en évidence l’originalité de l’exploration des controverses et en ont souligné les nombreux apports pédagogiques en prenant en exemple les travaux des étudiants. 

Les prix ont été remis en fin de cérémonie par Nathaniel Herzberg et le jury a pu réitéré les félicitations adressées à chaque groupe pour le travail accompli.

Les prix ont été remis en fin de cérémonie par Nathaniel Herzberg et le jury a pu réitérer les félicitations adressées à chaque groupe pour le travail accompli.

Un cocktail a permis de clôturer l’événement, et de poursuivre les échanges de manière informelle. Les étudiantes de Neuchâtel ont par exemple pu discuter avec Bruno Latour sur l’originalité de leur sujet.

Un cocktail a permis de clôturer l’événement, et de poursuivre les échanges de manière informelle. Les étudiantes de Neuchâtel ont par exemple pu discuter avec Bruno Latour sur l’originalité de leur sujet.

Au final, cette édition du Prix international de Cartographie des controverses s’est déroulée dans des conditions idéales, grâce à l’implication des équipes du médialab et de Forccast : merci à Biljana Jankovic, Barbara Bender, Cyrcée Millan, Audrey Baneyx, Audrey Lohard et Nicolas Benvegnu.
Rendez-vous est donné pour la septième édition du Prix en 2017 !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *