Dessine-moi une controverse ! 1. Qu’est-ce qu’une carte ? Entretien avec Hélène Richard

Dessine moi une controverse! 1. Qu’est-ce qu’une carte? Entretien avec Hélène Richard from Benjamin Sylvand on Vimeo.

Comment cartographier une controverse? La question se pose à nouveau avec l’emploi d’un nouveau support d’expression, en l’occurrence, la vidéo. Au lieu de tenter d’apporter des réponses toutes faites à la question, il m’a paru plus intéressant de mener une enquête sur la représentation des controverses, et de commencer par prendre l’expression “cartographie des controverses » au pied de la lettre, donc de chercher à comprendre ce qu’est une carte. Il semble évident que l’expression est métaphorique puisque l’objet à cartographique n’est pas aussi simple à délimiter qu’un territoire géographique, déjà que ce n’est pas aussi évident que ça…

Mais la question de la cartographie n’est pas que celle de la représentation graphique, elle pose davantage celle de l’outil de restitution: pourquoi utiliser la carte plutôt qu’autre chose, et par-là fait apparaître que la carte est avant tout un objet de communication: elle s’adresse à quelqu’un, pour lui dire quelque chose, de la part de quelqu’un d’autre, d’une certaine manière, en fonction d’un objectif précis.

Ensuite, le moyen d’expression influe sur l’usage et sur le type d’informations véhiculée, comme le montre les différences entre la carte plate et la carte utilisant la projection de Mercator de l’Océan indien. Choisir les bons outils est donc impératifs, évidemment suivant l’objectif de communication suivi.

Carte nautique de l'Océan Indien et des mers de Chine

La représentation cartographie est un mode d’expression propre, au même titre qu’un texte, par conséquent possède une structure interne qu’il s’agit de comprendre. La distinction entre élément structurant comme la rose de vents et éléments de légendes comme les toponymes ou les drapeaux est particulièrement intéressante pour comprendre le type d’information véhiculée. Une information serait constituante de la représentation même et l’usager doit la maîtriser pour pouvoir utiliser et lire la carte, alors qu’une autre information serait contingente. Cependant est-il envisageable de penser une carte avec l’une uniquement? Un fond de carte, si la chose est possible n’aurait pas de sens, pas plus qu’une légende sans repère, et pourtant l’une est bien dépendante de l’autre. En somme la légende fait apparaître la constitution de la carte qui en est la condition de possibilité, un peu comme l’ombre permet de mettre en relief la lumière.

Les modèles abstraits, par définitions, ne font pas bon ménage avec les contingences de l’expérience. La non coïncidence entre le Nord géographique et le Nord magnétique oblige à tordre le repère mathématique de représentation, soit en superposant deux niveaux, avec une rose de vent principale et une secondaire, ou bien en déformant la réalité du territoire pour qu’elle s’accommode de l’expérience des marins, quoi qu’il en soit la question de ce quoi dire à qui est là encore centrale.

La synthèse des informations pour constituer une carte unifiée du monde connu est nécessairement une construction abstraite, non seulement parce que personne ne peut voir ainsi le monde ou bien que s’il le peut la carte en elle-même ne lui est que de peut d’utilité. Le cosmonaute ne peut lire les légendes et les toponymes sur le contour de l’Afrique de là-où il est… La question de l’échelle resurgit. L’intérêt cependant est de donner une vision cosmologique justement de l’ensemble pour en comprendre l’architectonique générale, tout en gardant la spécificité de l’échelle locale avec les informations disponibles, toujours en fonction du besoin de l’avoir.

La carte marine est un outil de communication destiné aux marins, elle doit lui permettre d’appréhender, d’anticiper et de planifier son contact avec un territoire, ce faisant permettre les conditions de stratégie, d’une action dans et sur le monde. Une carte à l’échelle 1 serait aussi inutile que paradoxale rappelle Borges, tout comme le serait une carte qui ne s’adresserait à personne ou n’entendrait rien lui dire… et cela vaut aussi pour la géographie cognitive ou à la cartographie des controverses…

L’enquête ne fait que commencer…

Par Benjamin Sylvand, Real-Fiction


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *