Stage d’intégration 2014 : des beaux débats

Du 21 au 30 août 2014, huit cents étudiants de première année du collège universitaire de Sciences Po Paris ont pris part au stage d’intégration. Au cours de ces dix jours d’activité, une initiation à la prise de parole et une journée de débat ont été organisées dans le cadre du projet FORCCAST.

 

stageintegration2

Débat autour du pouvoir des chiffres, amphi Boutmy

Maîtriser les manières de s’exprimer en public, savoir adopter les bons gestes pour défendre ses points de vue lors d’un débat, construire une argumentation et apprendre à la défendre en situation d’incertitude… voilà quelques unes des missions pédagogiques du projet FORCCAST, qui œuvre depuis deux ans au rapprochement entre les débats, la prise de parole en public et les controverses.

Lors du stage d’intégration, huit cents étudiants de première année répartis en petits groupes ont été initiés pendant huit heures au débat et à la prise de parole en public : l’occasion d’apprendre à conjuguer fond et forme. Pour préparer leurs argumentations et leurs prises de positions, les participants peuvent accéder librement à des ressources compilées par les services de la bibliothèque de Sciences Po, et accéder aux études de controverses réalisées par les étudiants de Sciences Po et de l’Ecole des Mines. Cette année, trois formes de débats explorant trois thèmes différents ont été sélectionnées.

Le premier thème était celui du pouvoir des chiffres. A partir d’un cours dispensé à l’Ecole des Ponts par G. Jeannot, les étudiants sont initiés à l’exercice délicat de la manipulation des chiffres dans le débat public contemporain. Les chiffres servent alors de moyens d’illustrations des inégalités, qu’elles soient de revenu, de capital ou de sexe. Les étudiants construisent des exposés selon une tonalité particulière, doivent trouver les moyens de défendre ou moduler leur position, en étayant leurs propos avec des chiffres.

Le second thème retenu concernait l’huile de palme et les conséquences de son utilisation dans nos vies, nos modes de consommation et sans oublier de regarder du côté de la production. Les étudiants sont sensibilisés aux différents enjeux : de la santé publique à la biodiversité, du goût au réchauffement climatique, en passant par les dangers de la déforestation de la forêt primaire nécessaire à la plantation d’immenses palmeraies. Ils prennent connaissance des positions de différents acteurs du débat (celle d’un groupe agroalimentaire qui utilise de l’huile de palme dans ses produits, face à celles d’ONG environnementales ou de médecins qui tirent la sonnette d’alarme…).

Le troisième et dernier thème retenu abordait la création de parcs éoliens en mer en France. En rejouant des réunions du débat public tenu en France en 2013, les étudiants sont projetés dans des exercices de simulation et apprennent à s’exprimer dans un contexte de réunion publique. Ils peuvent appuyer le projet en défendant des objectifs de renouvellement de politique énergétique, de développement industriel, de création d’emplois locaux. Ils peuvent également s’opposer au projet en avançant des arguments de défense du paysage, de protection de l’environnement ou des lieux de mémoire, voire remettre en cause les calculs socio-économiques qui appuient le développement de nouvelles filières d’énergies renouvelables.

A noter : les étudiants en Master de l’Ecole de droit de Sciences po ont également travaillé sur une étude de cas autour de la peine de probation à partir d’études de controverses réalisées à Sciences Po.

Pour les besoins du projet FORCCAST, un questionnaire a été distribué à l’issue du samedi 30 août – jour de conclusion du stage d’intégration et des débats. Deux cents cinquante réponses ont été récupérées, qu’il reste à analyser plus finement pour mesurer l’atteinte des objectifs assignés à cet évènement important.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *