La cartographie des controverses, prix de la culture scientifique et technologique de l’Éducation nationale

La cartographie des controverses a été primée lors de la 8ème Journée de l’Innovation organisée par le Ministère de l’Éducation nationale !

 

Le déploiement de la cartographie des controverses auprès de publics du secondaire a une nouvelle fois été distingué le 4 avril 2018, à l’occasion des Journées de l’innovation du Ministère de l’Éducation nationale. Le jury a estimé que l’expérience promue par Forccast contribuait à “faire vivre la culture scientifique et technologique”.

 

Le dossier de candidature avait été déposé par l’équipe pédagogique du lycée Germaine Tillion, au Bourget. Cet établissement, partenaire de Forccast, a intégré la cartographie des controverses dans ses enseignements depuis qu’il a ouvert, en 2015. Les enseignants du lycée Germaine Tillion ont en effet été accompagnés par l’équipe Forccast pour garantir et assurer les conditions d’une réussite pédagogique : des modules de formation ont ainsi été organisés chaque année à destination des enseignants ayant en charge l’encadrement du cours  ; des comédiens se sont déplacés pour aider les élèves à la prise de parole dans la perspective des oraux de TPE ; des élèves ont participé chaque année au Prix des controverses ; Bruno Latour s’est déplacé au Bourget pour donner une conférence sur l’exercice à l’ensemble des élèves.

 

Cet accomplissement est emblématique en outre du travail de passation qui s’est opéré du Microlycée 93 au lycée Germaine Tillion. Après un travail étroit avec quelques enseignants de la structure de retour à l’école qu’est le Microlycée 93 pendant les premières années de Forccast, c’est dans la continuité de cette expérimentation qu’a été déployée et généralisée la cartographie des controverses au sein de l’établissement où coexistent les deux structures. Ainsi, avec l’appui d’Aïcha Amghar, proviseure des deux structures, est-on passé d’une pratique qui concernait vingt-cinq élèves décrocheurs à un enseignement proposé aux élèves des six classes de 1e générale (L-ES-S), soit 180 élèves au total. Près de quinze enseignants sont également mobilisés chaque année, contribuant ainsi à élargir la communauté des enseignants engagée dans cet enseignement.

La CARDIE (Cellule académique recherche, développement, innovation et expérimentation) de Créteil en la personne de Catherine Ferrier sa déléguée académique, a aussi soutenu cette initiative dès le début. Cela a conduit à la rédaction d’une fiche Expérithèque qui a pour objectif de repérer les démarches pédagogiques innovantes dans l’enseignement secondaire. Aussi ce prix est-il le résultat de la synergie d’institutions qui ont toutes ensemble œuvré de concert pour que se développent les démarches pédagogiques travaillant à mettre les sciences en société.

 

Alors que plus de 400 projets avaient été déposés, la cartographie des controverses a été saluée, en particulier parce qu’elle est fondée sur la collaboration des élèves et qu’elle s’inscrit dans le sillage de travaux universitaires. La mobilisation d’outils numériques dans la réalisation des productions des élèves ainsi que l’importance donnée à la restitution orale de l’enquête est venue compléter la transversalité d’un exercice qui obtient par ce prix une pleine légitimité dans l’enseignement secondaire.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *